Rechercher
  • Gender Games

Féminisme et broderie : l'interview de Khadija de @sustainablething


Après avoir rencontré Khadija et vu ses broderies, la collaboration avec Gender Games est apparue comme une évidence ! On a donc lancé une mini-collection de t-shirts et débardeurs brodés "Bad Bitch Crew".


Le discours féministe, écologique et décolonial est central à l'identité de la marque @sustainablething de Khadija. On lui a donc posé quelques questions pour qu'elle nous explique sa démarche.



Gender Games : Peux-tu te présenter rapidement ?


Khadija : Je suis une femme d'une trentaine d'années qui travaille au quotidien auprès de jeune ados et pré-ados. A côté de ça j'ai créé ma marque de broderie @sustainablething qui parle de féminisme.




GG : D'où t'est venue l'idée de créer cette marque ?


K : Au départ, je voulais partager des contenus féministes et antiracistes mais aussi du contenu écologique. On sait que les personnes racisées sont invisibilisées dans les milieux écolo. L'idée de ma marque c'est d'allier tout ça ! Du coup, je brode des messages politiques pour qu'ils soient portés dans l'espace publique.



GG : On avait aussi discuté ensemble des marques de fastfashion (H&M, Zara, etc.) qui vendent ce genre de vêtements avec des messages féministes par exemple. En quoi la fastfashion te semble inconciliable avec le féminisme ?


K : Pour commencer, le fait de porter des vêtements très peu chers de ce type de marques pose question du point de vue éthique et politique car ils sont souvent issus de la fastfashion. La fastfashion fait partie des premières industries qui polluent dans le monde et exploitent des milliers de femmes et enfants pauvres dans les Suds globaux.

Du coup, il y a un vrai enjeu à questionner cette consommation là d'un point de vue politique. Que ce soit à travers la fripe, la seconde main ou l'artisanat, on peut éviter de passer par les grandes enseignes industrielles.


GG : Tu as donc décidé de sortir de ces schémas à travers la broderie, que tu définis toi-même comme un médium féministe.


K : La broderie a permis dans pleins de groupes sociaux de créer des espaces de non-mixité et de force. Que ce soit les palestiniennes, les amazighs ou d'autres femmes, ce loisir a permis à beaucoup de se retrouver entre elles, de subvenir à leurs besoins, de se donner de la force... 



GG : Les hauts que tu brodes pour notre collab' portent le message "Bad Bitch Crew". Tu peux nous expliquer ce choix ?


K : Ce travail en commun avec Inès me fait trop plaisir ! Comme elle le disait on retourne le stigmate lié à l'insulte du mot "bitch" Au travail, dans l'intimité, on est stigmatisées et parfois insultées, alors se libérer de cela en s'appropriant l'insulte, il n'y a pas plus libérateur ! 




GG : Pour finir, est-ce que tu peux partager avec nous le nom d’une Bad Bitch qui t’a marquée ?


K : Il y en a tant ! Que ce soit mes sœurs, ma mère ou ma grand-mère, paix à son âme, je pense qu'on est toutes des bad bitches.

J'aurais plus, à l'inverse, une liste de celles qui n'en sont pas, notamment les "white fem" problématiques et racistes. A partir du moment où on questionne les oppressions et qu'on se positionne du côté de celles et ceux qui souffrent, alors on rentre dans le Bad Bitch Crew !


Retrouvez la marque @sustainablething de Khadija sur Instagram. Tous les produits issus de notre collaboration avec elle sont disponibles à la vente sur notre site internet.

34 vues
Logo Gender Games V2.png

©2019 by Gender Games